Rencontre du 3e type version 3.0: Facebook et Second Life

Je viens de mettre ma face sur Facebook. C’est un site de contact à la fine pointe du web. Ça sert à se faire une collection des gens qu’on connait (qui doivent eux aussi être sur facebook) et avec permission, on peut voir les contacts des autres et voir qui connait qui etc.. On recoupe facilement nos contacts avec ceux des autres et on peut aussi facilement retrouvé de vieux contacts perdus.
Mais ça ne s’arrête pas là, on peut ajouter un tas de gadget des toutes les sortes qui existent sur le web, se faire comme un blog, un forum (les walls), des galeries de photos et de vidéo etc. en quelques clics. Le jeune universitaire qui a démaré ce site il y quelques années est maintenant extrêmement riche. Il a refusé une offre de 750 millions US$ pour le site Facebook (en fait il en demanderait 2 milliards$!!!).

Un autre technologie web grandissante est celle des société virtuelles où on peut interagir et communiquer par audio et vidéo en 3 dimension. Un peu comme un jeu vidéo, excepté que ce sont les utilisateurs eux-mêmes qui peuvent construire l’environnement et même vendre et acheter du contenu entre utilisateurs. Je viens aussi de m’inscrire à Second Life juste pour voir si je ne pourrais pas créer quelques objets en 3D et les vendre (pour l’instant l’esthétique des environnements laisse à désirer disons… Là aussi il y a des gens qui ont fait beaucoup d’argent dans ces véritables économies virtuelles. On aime à citer le cas de cette chinoise qui serait devenue millionnaire en vendant des objets 3D sur Second Life. Et comme j’ai lu dans le 3D world de ce mois-ci, quand des grands studio de 3D comme Moving Picture Company (FX d’Harry Potters) se mettent de la partie, c’est qu’y a un réel besoin de 3D pour de tels concepts. Y’a aussi un paquet de grosses corporations qui font des lancements virtuels sur second life comme Toyota pour la Scion ou Autodesk avec leur centre Autodesk virtuel en permanence sur second life et même des groupes comme Chemical Brothers qui y ont fait un lancement d’album en virtuel. Y’a aussi toutes les grandes université qui ont des classes virtuelles sur second life.
Ne pas confondre “Second Life” avec “Second Chance”, le court métrage de mon ami Ricardo Trogi, qui était, on pourrait dire: complètement prémonitoire!!!!