Race To Mars en nomination pour un VES award.

Une mini série pour Discovery Channel sur laquelle j’ai fait plusieurs effets spéciaux, du modeling, rigging, textures etc. est en nomination pour un Visual Effect Society award.
C’était une mini série appelée Race To Mars qui racontait comment pourrait se passer le voyage des premiers humains à conquérir la planète rouge. La série fut tournée en studio à Montréal avec entre autres Pascale Bussière dans le rôle d’une astronaute.
J’ai fait un peu de tout : modélisé quelques vaisseaux ou parties de vaisseaux sur des designs pré-établis, riggé le dispositif d’atterrissage et les parachutes de la capsule et surtout fait des effets spéciaux de fumée, de tornades et de tempête de sable martienne. Presqu’un an de ma vie… Dommage que mon nom soit pas sur la nomination ni même au générique, mais au moins il est sur IMDB!
Ça me fait penser à quel point j’avais été scandalisé quand je m’étais aperçu pour la première fois, étant enfant, que les comics signés Walt Dysney n’était pas dessinés par Walt Disney lui-même, mais par une équipe d’anonymes engagé par la corporation que possédait Walt Disney. C’est là que j’ai appris que les crédits d’une oeuvre sont maintenant une sorte de monnaie et ne se gagne même pas seulement en œuvrant sur l’œuvre mais surtout en dirigeant et que les artistes sont vus bien souvent plutôt comme des techniciens et que ce sont les businessmen qui se retrouvent souvent avec le plus de crédit.
Ça me fait aussi pensé qu’au temps de Phylactère Cola, j’avais été outrageusement scandalisé d’apprendre que pour tout évènement de remise de prix dans le domaine de l’entertainment, les nominés ne sont pas choisis parmi l’ensemble de ce qui a été créé, mais bien et uniquement parmi ceux qui ont payé pour tenter la chance de se faire nominé. Et qui plus est, si ces nominés gagnent, ils doivent payé le fort prix pour assister à la soirée qui leur permettra de recevoir leur prix. Par exemple, ça coute 300$ au producteur pour soumettre une série au VES award. Ça coutait assez cher aussi pour soumettre une candidature aux prix Gémeaux et très cher pour que toute la gagne de Phylactère Cola puissent assister au gala (ça, il fallait le payer de notre poche et non par le budget de prod) pour ma part je n’y étais pas allé, trop scandalisé que j’étais, mais j’aurais dû car j’aurais peut-être pu parlé avec des gars de RBO à qui j’aurais aimé témoigné mon admiration. En fait je pense que c’est ça le “truc”: quelqu’un organise un gala qui permet à toute une communauté de se rencontrer et il fait payer toute cette communauté pour lui permettre de rencontrer elle-même…
Cela dit je suis quand même très honoré des 2 Gémeaux que Phylactère a gagné et de cette nomination de race To Mars. C’est juste que ça surprend au début quand on apprend comment les choses fonctionnent vraiment. Et ce n’est rien à côté du degré de scandalitude qu’on peut atteindre quand on apprend comment la bourse fonctionne!… OUCH! Là on se met à comprendre comment fonctionne la politique, l’économie et on comprend enfin bien des agissements autour de soi qui paraissent si illogiques et incompréhensibles à première vue, comme le cirque médiatique et le lobbying. Je pense que c’est quand on se met à réaliser toutes ces choses qu’on commence à vraiment cessé d’être enfant.