Barack, où es-tu???

Voici une citation de Barack Obama dans son discours sur “The Audacity of Hope”:

That is the true genius of America, a faith in the simple dreams of its people, the insistence on small miracles. That we can tuck in our children at night and know they are fed and clothed and safe from harm. That we can say what we think, write what we think, without hearing a sudden knock on the door.

Quand j’ai entendu ça, je me suis dit “Ça y est, là on a un vrai président du monde!”. Malheureusement ce n’était que de belles paroles. Que dit Barack et que disent les alliés des USA maintenant qu’on emprisonne Julian Assange de Wikileaks sans procès et sans même d’accusations crédibles? Et ce pour des paroles. Et ce en même temps qu’on donne le prix Nobel à un dissident Chinois en se vantant que nous autres on est meilleurs que la Chine et leur 20 alliés qui boycott le prix Nobel.

Si on découvre qu’il est vraiment coupable de ne pas avoir mis de condom et donc de viol… on repassera, mais pour l’instant ça parait plus que douteux. La fille était d’accord pour avoir des relation sexuelles mais comme il voulait pas mettre de condoms, elle dit que c’était un viol…

Meilleurs que la Chine, certainement cependant… Car en Chine Assange aurait été exécuté sur le champs sans avoir besoin du prétexte de viol! Mais on a encore du chemin à faire quand on voit des compagnies comme Master Card, Visa, Paypal etAmazon qui obéissent au gouvernement (seul Paypal a affirmé avoir agit de son propre gré) pour punir Wikileaks sans même faire de procès ni d’accusations. Et les accusations ne viendront pas car aucun geste illégal n’a été commis par Wikileaks. Et pourtant ce n’est pas Wikileaks qui a volé l’information. Wikileaks ne fait que la publier, comme le New York Times, comme le Guardian et tous les autres journaux qui reprennent l’info pour faire du cash en vendant tous ce juteux contenu. On a encore du chemin à faire quand on voit les USA qui censure l’internet de certains mots relatifs à l’attaque internet par le groupe défenseur de la démocratie Anonymous. Ils ont censuré les mots “Operation Payback” de plusieurs services internet…

C’est une fin d’année assez laide pour la démocratie.