Stan Lee réagit à Iron Baby!

Je rêve! Pat (réalisateur et idéateur d'Iron Baby) vient de m'envoyer ce vidéo de Stan Lee qui réagit à Iron Baby (dont j'ai créé toute le 3D)! Pour les non inités qui ne le savent pas, Stan Lee est nul autre que le créateur de Spiderman, Hulk et IRON MAN... ainsi qu'environ 350 autres super héros. De voir ainsi le maître critiquer notre parodie, ça me fait penser qu'on a vraiment atteint le fin fond de notre but!

Par ailleurs voici 2 parodies de notre parodie pourrait-on dire. Elles ont été réalisées par des inconnus à partir de mon modèle d'Iron Baby disponible sur The 3d Studio et Turbosquid.

Un combat d'Iron Baby contre... Iron Baby! Un classique du réchauffé de super héro:

Une parodie qui marie deux succès Youtube devrait elle-même faire un tabac non? Iron Baby + Gangnam style!


Oishinbo

Je viens de découvrir un manga vraiment omoshiroi (intéressant) dont le sujet est l'essence et l'âme de la cuisine japonaise.

Le titre est Oshinbo (mot dérivé des mots pour délicieu (oishii) et glouton (kuishinbo). Il y a plusieurs tomes traduit uniquement en anglais semble-t-il. Chaque tome contient plusieurs histoires et chaque petite histoire nous apprend un élément essentiel de la cuisine japonaise et de la façon de la déguster correctement. J'ai aussi commencé à visionner la version "anime" de pas moins de 136 épisodes. Ce qui est vraiment intéressant c'est que même si c'est que l'auteur nous amène dans les plus fins détails philosophiques de la cuisine niponne.

La série de manga a été commencé en 1983 et s'est terminé en 2009 pour comprendre 104 tankōbon en faisant la 7e plus longue série de manga.

 


Japon 2010 - Koya San et Sanjusangendo

En juin 2010, dans le cimetière de Koya san au Japon. Parmi des arbres immenses, une atmosphère mystérieuse et onirique.

In June 2010, in the Koya San temple cemetery in Japan. Among immense trees.
Moi à Koya San

Je suis aussi allé faire un tour au temple de Sanjusangendo à Kyoto. Sur la longue gallerie de ce temple se tenaient jadis les intenses compétitions d'archerie du Toushiya. Les aspirants au titre de "premier sous le ciel" se tenaient dans la position que j'ai sur la photo pour tirer le max de flêches qu'ils pouvaient en 24 heures sans toucher le toit ni le plancher pour se rendre à l'autre bout de la gallerie. Plusieurs se firent seppuku sur le champs pour ne pas avoir réussi. Faut comprendre que le record absolu fut de 8 133 réussies sur un total de 13 053 flêches décochées, soit 544 à l'heure ou 9 à là minute. Le recordman est Wasa Daihachiro de Kishuu qui établi ce record en 1686. Étrangement presque personne ne visitait cette gallerie et seul un très petit écritau presque caché parlait du Toshiya... Les gens visitent ce temple surtout pour les centaines de statues de bouddha à l'intérieur ainsi que celle du dieu Canon auquel une certaine compagnie de camera doit son nom. Étrangement les photos et même les croquis sont interdits en ce temple!

I also went to Sanjusangendo temple in Kyoto where the Toshiya archery competition were being held.

Toushiya à Sanjusangendo

J'avais appri à propos de ces 2 temples en lisant ce très tripatif manga de Hiroshi Hirata: L' ÂME DU KYUDO. Un auteur que j'ai découvert cette année duquel j'ai aussi lu la série "Satsuma" (à propos de samurai) et le receuil de courtes histoires "La force des humbles" (à propos des personnages oubliés de l'histoire japonaise, un peu comme la série radiophonique des "remarquables oubliés" à radio-canada). Hiroshi Hirata semble un personnage plutôt intense qui dit n'avoir jamais lui-même lu de manga et qui commence ses sessions de dessin avec des rituels dignes des samurais en gestes et en cris, arguant que: « Si on ne met pas de vie dans ce que l'on dessine, les traits restent morts »! D'ailleurs il se réclame du "gekiga" plutôt que du "manga", le "gekiga" étant l'équivalent du "graphic novel" américain ou du "roman graphique" en français. Termes vus comme hautains et dédaigneux selon certains ou, selon d'autres, voulant simplement se détacher des termes "manga" et "comics" qui sont eux trop associés aux histoires "comiques" justement. En français le terme "bande dessinées" est probablement beaucoup moins pire, mais j'imagine bien qu'un bédéiste américain d'histoires très dramatiques ait du mal à qualifier ses histoires de "comics".

I had learnt about those 2 temples in this very cool manga by Hiroshi Hirata:


Asano, Taniguchi, Jimmy Beaulieu et le 24H BD d'Angoulème

J'ai récemment découvert deux auteurs de BD japonais absolument géniaux. Le jeune Inio Asano, auteur de Solanin.



Solanin,  par Inio AsanoCliquez l'image pour l'acheter sur amazon.fr.

Solanin raconte en 2 tomes le quotidien d'un jeune couple venu s'établir àTokyo et rêvant de former un groupe de musique avec des copains.

J'ai aussi plutôt continuer de découvrir Jirô Taniguchi, dont mon album préféré est "Le gourmet solitaire", qui raconte les expériences culinaire d'un Tokyoïte avec moult détails des composantes de ses plats.

Cliquez l'image pour l'acheter sur amazon.ca

Ce sont deux auteurs au rythme particulier qui font des histoires qui doivent être vue d'avantage comme des tranches de vie dont l'important n'est pas tant le développement ni la conclusion, mais les pensée qui germent des anecdotes et des interactions entres les personnages.

Ces lectures m'ont donné le goût de me replonger dans une BD faite par un auteur bien d'ici (Montréal) et d'ailleur avec qui je suis lié d'amitié (amitié restée sur faim d'ailleurs car on s'est complètement perdu de vue depuis des années): il s'agit de Jimmy Beaulieu et l'abum est "Le moral des troupes".

Le moral des troupes de Jimmy Beaulieu

Cliquez pour acheter sur Fichtre!

En revenant de la natation ce soir et en m'acharnant sur des effets spéciaux coriaces, j'en ai enfin terminé la lecture (je l'avais bien entamé il y a 6 ans, mais je ne sais pour quelle raison je l'avais comme égaré dans ma bibliothèque...) ce qui me fit me rendre compte que le temps passe don bin VITE!!!! Il me semblait que je venais juste de commencer cette BD... Faut dire que depuis quelques années j'en lisais très peu, mais je me suis récemment abonné à la grande bilbi de Montréal, dont l'architecture me plaît bien d'ailleurs. Tout ça pour dire que cet album est aussi dans le genre de Solanin et des albums de Taniguchi, empreint de nostalgie, d'anecdotes plaisantes et de pensées très personnelles. Je me suis donc juré d'aller demain chez Fichtre! pour me procurer les autres livres de Jimmy.

En plus je viens de voir sur son blog qu'il est présentement à Angoulème et qu'il participe à un événement de 24 heures de BD où les auteurs participants doivent pondre 24 pages en 24 heures! On peu suivre le déroulement en direct sur cette page. Jimmy en est rendu à 11 pages de 24 et je dois dire que la qualité de son travail m'épate au plus haut point VOIR ICI.

les 24 heures de la BD 2010 à Angoulème de Jimmy Beaulieu

J'en suis d'autant plus impressionné que je sais combien de courage il faut pour persister à faire de la BD au Québec. C'est difficile n'importe où car là où il y a plus de publique, il y a aussi plus de bédéistes. C'est tellement long de trouver un style et d'arriver à produire assez rapidement pour ne pas se tanner avant la fin de l'histoire. Tout ça me donne le goût de me remettre à la BD... Malheureusment je ne pourrai sûrement pas, étant déjà trop pris par ma passion du 3D et en plus je lis aussi plein de livres d'architecture à la bibli qui me donnent aussi le goût de devenir architecte comme j'en rêvais déjà à 6 ans: je voulais devenir soit architecte ou cloune... Je suis quand même très heureux car mon métier de créateur d'effets spéciaux est parfois un mélange de cloune de bédéiste et d'architecte!


Expo BD: Plan cartésien

Lundi avait lieu le vernissage de l'expo de bande dessinées Plan Cartésien, présentée par l'éditeur de BD Mécanique Générale au CÉGEP du Vieux Montréal. C'était aussi le lancement d'un nouvelle album de Jimmy Beaulieu: "-22C". L'expo Plan Cartésien regroupe une grande partie les planches qui paraîtront bientôt dans un receuil du même sur le thème de "la ville". Notablement, on y retrouve Boo et sa copine Valérie ainsi qu'une panoplie de talents exceptionnels. J'ai été très impressionné entre autres par les oeuvres de Daniel Plaisance (qui signera entre autre le cover art de ce receuil).